JOUONS SUR TERRE...

 

Terre artificielle finition brique pilée

 

La Terre Artificielle est la « surface de confort » la plus appréciée par les joueuses et joueurs de tennis, quel que soit leur niveau de jeu.

A ne pas confondre avec les gazons synthétiques chargés en sable de quartz, les terres artificielles ont leur surface de jeu en brique pilée qui leur confère des caractéristiques et des qualités de jeu équivalentes à celles d’une terre battue traditionnelle. La classification des terres artificielles, par la FFT, dans la même famille de jeu que les terres battues traditionnelles, contribue également à la reconnaissance de ces qualités tennistiques.

Aujourd’hui principalement mises en œuvre lors de rénovation/transformation de terrains en dur existants, les terres artificielles offrent aux clubs de toutes tailles, la possibilité de jouer sur terre, pratiquement toute l’année, pour un budget de maintenance et d’entretien faible, notamment au regard des terres battues traditionnelles.

La construction :
L’installation d’une terre artificielle ne peut se réaliser que sur une surface « dure ». A la construction, il conviendra donc de réaliser au préalable un support en béton poreux, enrobé poreux à chaud ou à froid ou enrobé imperméable avec pente transversale de 1% maximum.

La Fédération Française de Tennis, dans la définition des surfaces par « Catégories de Jeu par Famille », distingue 3 catégories de terres artificielles:

  • Chapes « dure » + brique pilée (uniquement en court couvert).
    La construction: sur la base d’un support enrobé à chaud ou à froid, le tracé des lignes est effectué à la peinture ou par application de bandes thermosoudées. La finition est assuré par la mise en œuvre de 3 tonnes de brique pilée en couches d’imprégnation successives jusqu’à obtention d’une surface homogène.
  • Gazon synthétique + brique pilée et roche pilée.
    La construction consiste en la mise en place des lés de gazons synthétique qui sont positionnés bord à bord et solidarisés par bande de pontage. Viens ensuite l’incrustation de lignes de jeu. Puis on  procédera au remplissage de la fibre à l’aide de sable quartz, la finition étant assurée par l’épandage de brique pilée qui elle seule sera en contact avec le joueur.
  • Textile aiguilleté + brique pilée  :
    A la construction, il conviendra de réaliser au préalable un support en béton poreux, en enrobé poreux ou enrobé à chaud, dans le strict respect de la norme AFNOR P90-110.
    La membrane textile est collée sur le support par cordons de colle, laissant ainsi toute possibilité à l’évacuation des eaux pluviales sur les supports perméables. Le collage réalisé, on procédera au traçage des lignes de jeu, principalement réalisé à la peinture bi-composante.
    Puis viendra la mise en œuvre de la brique pilée (entre 3 et 5 Tonnes par court), en couches successives, après légère humidification de la membrane.

La transformation de surfaces  existantes :
Pour les 3 catégories de terres artificielles, les consignes sont similaires. Nombre de terrains sont réalisés sur d’anciens bétons poreux. Les travaux préparatoires du support avant mise en place d’une « terre artificielle » ne sont pas à négliger. Entres autres travaux fréquents, colmatage des fissures, ponçage des dérasements de dalles, perçage du support pour amélioration de perméabilité, ragréage des zones délitées font partie des tâches incontournables pour une bonne préparation du support.

L’entretien :

Une surface de jeu, quelle que soit sa nature, nécessite un entretien. Les terres artificielles, selon les spécificités propres à chaque procédé, devront également être entretenues.

Comme tout terrain en terre, les terres artificielles se doivent d’être arrosées, cela reste l’une des bases du confort de jeu. Afin de maintenir un degré hygrométrique propre à une bonne qualité de jeu, la surface doit être humidifiée en fonction des recommandations inhérentes à chaque procédé, ainsi que les préférences des joueuses et joueurs. L’essentiel est de jouer sur une terre humide.

Les terres artificielles  en plein air  sont souvent des surfaces  perméables autorisant la reprise du jeu rapidement après les pluies.

L’entretien quotidien se résume en général au passage de la traîne et au balayage des lignes de jeu.

En fonction de leur situation géographique et selon leur configuration extérieure ou sous couvert, la surface de jeu d’une terre artificielle doit être amendée au sortir de l’hiver par l’ajout de quelques sacs de brique pilée.

Le respect des règles d’entretien d’une terre artificielle, qui restent simples, permettra de bien jouer sur terre tout au long de l’année.

CONSTRUCTION

Réseau de drainage

Détail de l’infrastructure drainante en cailloux et mise en place des cornières guides avant coulage d’une dalle support en béton poreux.

Opération de compactage et serrage d’un béton poreux au rouleau lisse. Cette dalle béton poreux pourra ensuite servir de support à la mise en place d’une Terre Artificielle

Aperçu des travaux préparatoires mis en œuvre pour la transformation d’un béton poreux en terre Artificielle. On distingue les opérations de ragréage en cours qui contribueront à améliorer la planéité du support.

Les lés ont été préalablement positionnés bord à bord avant collage. Cette opération aura permis à la membrane textile de se détendre. On procédera ensuite à un “ré-enroulage”  de la membrane, opération illustrée par la  photo, pour une mise en œuvre de la colle sur le support.

Encollage de la membrane textile réalisée à l’aide d’une encolleuse manuelle qui diffuse la colle par cordons sur le support. Dans le même temps, les rouleaux déjà encollés sont marouflés pour obtenir une parfaite adhérence sur le support.

Exemple de réalisation d’une Terre Artificielle sur support en béton poreux.